L’ambassadeur de la Birmanie aux Nations Unies limogé pour trahison

La Birmanie a limogé son ambassadeur auprès des Nations-Unis, Kyaw Moe Tun, après que ce dernier a exhorté la communauté internationale à utiliser «tous les moyens nécessaires pour prendre des mesures» contre l’armée à la suite du coup d’État du 1er février, a rapporté samedi la télévision d’État.

Vendredi, à l’Assemblée générale des Nations Unies, l’ambassadeur Tun a snobé la junte au pouvoir en Birmanie après un coup d’Etat, en indiquant qu’il parlait au nom du gouvernement civil déchu du dirigeant élu Aung San Suu Kyi. Tun a prononcé un discours passionné dans lequel il a exhorté la communauté mondiale à aider à « restaurer la démocratie ». Un cas rare car l’ambassadeur a rompu avec les dirigeants du pays qu’il représente après une telle allocution.

A lire aussi: Birmanie: l’ONU appelle l’armée à mettre immédiatement fin à la répression

Un affront que les militaires n’ont pas digéré et, samedi, Kyaw Moe Tun a été limogé pour trahison. Selon la télévision d’État MRTV, Tun avait « trahi le pays et parlé au nom d’une organisation non officielle qui ne représente pas le pays et qui avait abusé du pouvoir et des responsabilités d’un ambassadeur ».

Auparavant, l’envoyée de l’ONU au Myanmar, Christine Schraner Burgener, a déclaré qu’elle « condamne fermement » les récentes mesures prises par la junte, y compris l’utilisation « inacceptable » de la force meurtrière, et a appelé la communauté internationale à faire pression pour un retour à la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus