L’opposition béninoise est « un conglomérat d’aigris, sans aucune ambition », Benoît Illassa

Benoît Illassa, l’ancien ambassadeur du Bénin auprès de l’Organisation Internationale de la Francophonie, dans une publication sur sa page Facebook, a revu sa position face à la gestion du président Patrice Talon. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il s’agit d’un hymne dithyrambique pour Patrice Talon et une poche de venin pour l’opposition.

Benoît Illassa, autrefois critique face à la gestion de l’actuel gouvernement vient de confirmer son revirement spectaculaire. L’ex-ambassadeur du Bénin auprès de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), qui avait annoncé sa candidature pour la présidentielle 2021, vient de couvrir d’éloges la gouvernance du Bénin par Patrice Talon, ces 5 dernières années.

« Ils ont donc bu le calice jusqu’à la lie, l’opposition béninoise »

« Pour que le Bénin puisse continuer de se développer, nous avons l’impérieuse obligation de porter Patrice Talon en triomphe le 11 avril 2021 », a lancé Benoît Illassa à l’entame de sa publication, mercredi 24 février 2021. Dans son hymne dithyrambique pour Patrice Talon, l’ex-ambassadeur a craché du venin sur l’opposition comme il le faisait contre le Ministre Aurelien Agbenonci.

« Ils ont donc bu le calice jusqu’à la lie, l’opposition béninoise. Voilà un conglomérat d’aigris, sans aucune ambition pour le développement du pays, sauf les rancœurs de leurs positions passéistes. », a déclaré Benoît Illassa.  » Et de poursuivre : « Ils ont passé leur temps à critiquer la gouvernance de Patrice Talon sans jamais proposer de solutions alternatives crédibles. »

« ils auraient pu désigner en leur sein un candidat unique »

Pour Benoît Illassa, l’opposition béninoise a failli en allant en rang dispersé aux présidentielles. « Ils critiquent les réformes institutionnelles intervenues, y compris la réforme constitutionnelle et la réforme du système partisan et que voyons-nous ? Ils présentent 19 candidats aux élections présidentielles du 11 avril 2021. », déclare l’ex-ambassadeur avant d’être plus véhément.

 » Ce sont des apatrides assoiffés de sang qui voulaient brûler le pays pour leur égoïsme. S’ils étaient si unis, ils auraient pu désigner en leur sein un candidat unique. Organiser une assise nationale aurait servi à quoi si eux-mêmes sont incapables de s’entendre ? Leur égoïsme et leur orgueil ont eu raison de la marmaille !!! »

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus