Niger – Violences post-électorales: recherché, l’opposant Hama Amadou se rend de lui-même à la police

Alors que le gouvernement nigérien accuse l’opposant Hama Amadou d’être derrière les violences dans le pays, ce dernier s’est rendu de lui-même à la police suite à une recherche à son encontre.

La fragile démocratie au Niger semble ébranlée par les derniers événements qui se déroulent dans le pays. Des violences ont éclaté après la proclamation des résultats de la présidentielle de dimanche dernier donnant pour gagnant le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum. Le candidat malheureux, Mahamane Ousmane a contesté les résultats et annoncé avoir gagné l’élection.

A lire aussi: La violence tourne au drame au Niger, déjà deux morts lors des manifestations

Jeudi, après deux morts au cours des violences, le ministre de l’intérieur a déploré les violences et a annoncé plusieurs dizaines d’arrestations. Il a ensuite accusé l’opposant Hama Amadou, d’être derrière les incitations à la manifestation. Recherché par les forces de l’ordre, l’on apprend que Hama Amadou s’est rendu de lui-même au commissariat de la capitale Niamey, pour répondre de ce qui lui est reproché.

Amadou a terminé deuxième aux élections de 2016. Il a été empêché de se présenter cette fois en raison d’une condamnation pénale et a jeté son soutien sur Ousmane. L’élection est censée conduire à la première transition d’un dirigeant démocratiquement élu à un autre après quatre coups d’État depuis l’indépendance du pays de la France en 1960. Le président Mahamadou Issoufou n’est plus candidat après deux mandats de cinq ans à la tête du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus