Bénin: le FGI lance officiellement la plate-forme « Anti-fake news » (vidéo)

Le FGI Bénin a lancé ce mardi 30 mars 2021, la plate-forme de vérification des informations intitulée « Anti-fake-news ». C’est en présence des présidents et représentants des associations et différentes ONG de l’écosystème d’internet au Bénin.

Dans le cadre de la présidentielle du 11 avril 2021, une campagne de sensibilisation contre les fake news et les discours de haine sur les réseaux sociaux en période électorale, a été lancée ce mardi à Cotonou.

C’est une initiative du FGI Bénin qui se dit d’ores et déjà fier de voir ses partenaires autour de cette initiative dont les fondements sont à rechercher dans leur mission de catalyser, du dialogue qui touche les enjeux d’internet au Bénin.

« Nous avons mobilisé nos pères, de la communauté d’internet pour participer à la pacification du processus électoral en pro-agissant pour éduquer, sensibiliser, former aux enjeux de la communication digitale, ses forces, ses faiblesses et ses pièges », a expliqué Vivien Assangbé-Wotto, président du FGI Bénin

La représentante de l’ADN, Livia Sossou, a exprimé sa joie de voir tout l’écosystème mobilisé autour de cette initiative.

A l’en croire, c’est cet écosystème qui permet de développer chaque jour le numérique et d’en faire un environnement plus sain pour qu’on puisse, à la fois sensibiliser les populations au vu des risques que peuvent comporter la diffusion des fausses nouvelles et les discours de haine qui dévalorisent les bienfaits du numérique

« La plate-forme anti-fake news que nous sommes en train de mettre en place est la première en Afrique. Sensibiliser les uns et les autres à la retenue en cette période électorale », va affirmer Réméo Kintohoundji, président de l’ABCPN.

Pour lui, l’idée est d’assainir l’écosystème malgré l’existence du code du numérique. Comme lui, Franck Kouyami, Chargé de projet FGI Bénin, est revenu sur les tenants et aboutissants de la plateforme anti-Fake news.

« Les fausses nouvelles et les discours de haine sont des plaies qui minent aujourd’hui internet dans nos différents pays », a-t-il rappelé.

Franck Kouyami a insisté sur le fait que cela constitue un frein à l’utilisation responsable d’internet. C’est pourquoi, dit-il, il faut lutter contre ce phénomène de fake news.

A noter qu’au Bénin, internet est devenu l’outil démocratique le plus utilisé par les citoyens pour exercer leur droit à la liberté d’expression.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus