Bénin – Présidentielle 2021: le Groupe national de réponse électorale relève des points d’inquiétude et propose…

La présidente du Groupe national de réponse électorale, Claire Hounga Ayemonna, et celle de la Plateforme électorale des organisations de la société civile, Fatoumatou Batoko Zossou, ont tenu ce mardi 2 Mars 2021 à Golden Tulip « Le diplomate » de Cotonou, leur quatrième déclaration sur le processus électoral en cours.

Cette déclaration qui fait suite à la validation de certaines candidatures par la cour constitutionnelle et au regard des informations liées aux indicateurs de suivi de la violence électorale rapportées du terrain par les 44 moniteurs déployés dans tous les départements du pays, présente des points positifs et des points d’inquiétude.

A Lire aussi: Bénin – Présidentielle 2021: l’équipe de campagne du duo Soumanou-Hounkpè (liste)

En effet, au regard des informations collectées par les moniteurs relativement aux indicateurs de suivi de la violence électorale, la magistrate Claire Hounga Ayemonna, présidente du Groupe national de réponse électorale, porte à l’attention de la communauté internationale et de la population béninoise, les points d’inquiétude ci-après:

1-L’absence d’une loi fixant les modalités de mise en œuvre du parrainage par les élus, telle que prévue à l’article 44 nouveau dernier tiret de la constitution du 11 Décembre 1990 révisée par la loi constitutionnelle N°2019-10 du 7 Novembre 2019,

2-Les contradictions observées dans les modalités pratiques de mise en œuvre du parrainage qui, selon la CENA est individuel et confidentiel, mais a subi la forte influence des partis politiques ayant des élus;

3-Malgré les assurances du président de la République, que tous les candidats qui le souhaitent auront leurs parrainages, il a été constaté qu’un duo de candidats a obtenu 118 parrains soit 74,21% du nombre total de parrainages disponibles alors qu’il en fallait juste 10%, tandis qu’un autre duo de candidats présenté, par exemple, par le parti pour l’engagement et la relève (PER) a déclaré avoir observé toutes les démarches à lui imposées par les partis politiques ayant des élus mais n’a pas été retenu par la CENA faute de parrainage,

4-Malgré les appels au dialogue, entre les différents acteurs, il est constaté des échanges par médias interposés avec un durcissement de positions aussi bien par les acteurs politiques de la mouvance que de l’opposition avec des menaces et des mises en garde inquiétantes;

5-Les propos sexistes, discriminatoires, dévalorisants et humiliants tenus à l’endroit de la candidate déclarées, Madougou Reckya par différentes personnes dont des élus nationaux et acteurs culturels,

6-Certains acteurs d’associations ou d’organisations non gouvernementales tiennent des propos visant à soutenir des candidats ou à ternir l’image de certains candidats ou partis politiques , en violation de l’article 58 du code électoral;

7-la confusion entre le rôle de porte parole du gouvernement et de membre du comité technique chargé des médias du duo candidats Talon-Talata qui peut induire la population en erreur en ce qui concerne les interviews au profit du président de la République en exercice et celles au profit du candidat Talon.

En rapport à ces différents points d’inquiétudes relevés par le groupe nationale de réponse électorale, la plate forme électorale des organisations de la société civile du Bénin, a présenté les recommandations suivantes:

Les recommandations du GNRE

En lien avec les points d’inquiétudes supra, le Groupe nationale de réponse électorale a fait des propositions.

Les différentes propositions lues par la présidente de la Plateforme électorale des organisations de la société civile du Bénin, Fatoumatou Batoko Zossou, se présentent comme suit:

Recommandations à l’endroit du chef de l’Etat

  • initier une rencontre avec les partis politiques et les leaders d’opinion afin de trouver un consensus sur les points d’inquiétude mentionnés dans la présente déclaration,
  • veiller à séparer la communication officielle du gouvernement de celle du duo candidats Talon-Talata afin d’éviter toute confusion de rôles au niveau des populations

Recommandations à l’endroit des acteurs politiques

  • toujours privilégier le dialogue, la concertation et les voies légales de recours à toutes démarches susceptibles d’entraîner la violence pour le règlement des conflits liés à la présidentielle de 2021
  • éviter les propos violents, sexistes, haineux ou pouvant inciter à la violence

Recommandations à l’endroit de la société civile

  • faire preuve d’impartialité et d’objectivité en évitant des propos visant à soutenir des candidats ou à ternir l’image de certains candidats ou partis politiques , en violation de l’article 58 du code électoral,
  • poursuivre la sensibilisation de la population pour un processus électoral apaisé,
  • maintenir la veille pour une élection juste, transparente, libre, paisible et inclusive,
  • s’unir pour une synergie d'(action en faveur de la paix.

Recommandations à l’endroit des autorités sécuritaires

  • veiller à la sécurité des personnes et des biens des candidats, des acteurs politiques et des populations,
  • assurer le maintien de l’ordre et de la sécurité dans le respect strict des droits humains en évitant l’usage disproportionné des armes susceptibles d’occasionner des morts.

Recommandations à l’endroit des autorités judiciaires

poursuivre avec impartialité, sérénité et professionnalisme l’information sur la tentative d’assassinat de Monsieur Ganiou Soglo et toutes autres procédures relatives aux acteurs politiques impliqués dans le processus électoral pour mettre fin aux différentes interprétations en cette période sensible.

Recommandations aux acteurs des médias

  • faire preuve de professionnalisme, de respect de la loi, des règles d’éthique et de la déontologie dans le traitement de l’information en cette période sensible,
  • inviter à tout instant la population à garder son calme et à éviter tout acte violent.

Recommandations à l’endroit de la population

  • garder le calme et éviter tout acte violent,
  • éviter de s’en prendre aux personnes ainsi qu’aux biens publics et privés.

Il importe de mentionner que le groupe national de réponse électorale n’a pas fait que relever les points d’inquiétudes. Des points positifs ont été également relevés.

A Lire aussi: Bénin: Sylvain Akindès recadre Benoît Illassa suite à sa publication sur Nicéphore Soglo

Il s’agit des missions de diplomaties préventives des Nations Unies (UNOWAS) et de la CEDEAO venus s’enquérir du déroulement du processus électoral.

Le GNRE a aussi relevé la volonté manifeste de plusieurs citoyens à postuler à la magistrature suprême; vue le nombre de dossiers de candidatures enregistrés par la CENA.

L’autre point positif est l’utilisation des voies de recours par les candidats recallés et autres acteurs par la Cena ainsi que la convergence de voix pour appeler au dialogue et à la préservation de la paix.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus