Bénin – Emprisonnement de Bio Dramane Tidjani: Reckya Madougou exige une enquête impartiale

L’ex-ministre de la justice sous le régime Boni Yayi et candidate à la présidentielle de 2021 a réagi à la détention à la prison d’Akpro-Missérété de Bio Dramane Tidjani et de son cousin, Mamandou Tidjani.

A la suite d’une comparution à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), Dramane Tidjani, Coordonnateur adjoint de la 8e circonscription électorale du parti “Les Démocrates”, et son cousin, Mamandou Tidjani, ont été placés sous mandat de dépot.

Si des sources proches de l’affaires évoquent comme motifs, association de malfaiteurs et terrorisme, Reckya Madougou s’insurge contre leur arrestation, dans une publication sur sa page Facebook.

Pour l’ex-ministre béninoise, les conditions d’interpellation de Bio Dramane Tidjani alias BDT et de Mamandou Tidjani témoignent de l’absence d’indépendance et d’impartialité de la « justice » béninoise.

« Un seul « crime » : être membre du parti « Les Démocrates »

D’après elle, les charges retenues contre les membres du parti « Les Démocrates » placés sous mandat de dépôt n’ont jamais été étayées et leur emprisonnement est motivé par des considérations politiques.

Au demeurant, BDT a commis un seul « crime » : être membre du parti « Les Démocrates » et proche collaborateur de la candidate dudit parti à l’élection présidentielle que je suis. En effet, Bio Dramane Tidjani et Mamandou Tidjani sont plutôt des otages politiques.

Reckya Madougou

Elle insiste qu’ils ont été privés arbitrairement de liberté en violation de toutes les lois et procédures pénales en République du Bénin. Et d’ajouter: « Aucun fait constitutif d’infraction, encore moins relevant de crime d’«association de malfaiteurs et terrorisme » n’a pu être constaté à leur encontre et n’est ressorti durant toutes les auditions ».

Dans sa tribune libre sur sa page Facebook, Reckya Madougou a lancé un appel à l’ouverture immédiate d’une enquête indépendante et impartiale pour faire la lumière sur les motifs et circonstances de ces emprisonnements, et pour déterminer les responsabilités sur les violations des droits humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus