France: l’ancien président Nicolas Sarkozy brise le silence sur sa condamnation

Au lendemain de sa condamnation par la justice française, l’ancien président de la République française, Nicolas Sarkozy, va se prononcer ce mercredi 3 mars 2021 sur TF1 !

Nicolas Sarkozy sera l’invité exceptionnel du JT de 20 heures de ce mercredi 3 mars 2021. Il a été reconnu coupable de corruption et de trafic d’influence par le tribunal judiciaire de Paris.

A ce titre, l’ex-chef d’Etat français est condamné à trois ans de prison, dont un an ferme. Une première sous la Ve République. Depuis le lundi, l’annonce de sa condamnation fait couler beaucoup d’encre de de salive.

C’est d’ailleurs pourquoi, Nicolas Sarkozy devra répondre aux questions de Gilles Boulleau pour lever un coin de voile sur ce qui est une première sous la Ve République.

Selon la présidente du tribunal correctionnel, Christine Mée, les faits commis sont d’une « particulière gravité ». « Il s’est servi de son statut et de ses relations politiques et diplomatiques pour gratifier un magistrat ayant servi ses intérêts personnels », a-t-elle dénoncé.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1366756359816032263&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.public.fr%2FNews%2FNicolas-Sarkozy-L-ancien-president-de-la-Republique-sera-l-invite-du-JT-de-20-heures-1668200&siteScreenName=InsidePublic&theme=light&widgetsVersion=889aa01%3A1612811843556&width=550px

A noter que Nicolas Sarkozy a fait appel de sa condamnation à trois ans d’emprisonnement, dont deux avec sursis.

Une peine aménageable

Selon la loi française, cette peine est aménageable. A ce titre, le tribunal a pris la peine d’écrire ce lundi dans son délibéré qu’il « convient d’aménager la partie ferme de la peine ab initio sous le régime de la détention à domicile sous surveillance électronique eu égard à sa situation actuelle ». 

Une possibilité qu’avait toujours rejetée Nicolas Sarkozy dans des tweets postés en 2012 et en 2015 qui ont refait surface.

« Je souhaite qu’il n’y ait pas de mesures d’aménagement de peine pour les peines supérieures à 6 mois » ou encore « Il faut que les peines soient exécutées. La non-exécution des peines, c’est l’impunité. »

Le verdict indique que l’avocat, Thierry Herzog, et l’ancien haut magistrat, Gilbert Azibert, qui comparaissaient aux côtés de Nicolas Sarkozy, ont également été condamnés à trois ans de prison, dont un an ferme.

La cour a également prononcé une interdiction d’exercer la profession d’avocat pendant 5 ans à l’encontre de Thierry Herzog.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus