Maroc: révélations d’une fille de 13 ans violée pendant cinq ans par son oncle avec l’indifférence de l’Etat

Une jeune adolescente marocaine a fait de troublantes révélations sur le calvaire que lui ont fait vivre les membres de sa famille. Elle a affirmé avoir été violée pendant plusieurs années par son oncle et également par un voisin de sa maison.

La jeune marocaine de 13 ans a révélé, dans une vidéo choc, qu’elle avait été violée pour la première fois à l’âge de 8 ans par son oncle qui a ensuite répété cela pendant plusieurs années. Les problèmes de la jeune adolescente ont commencé après le divorce de ses parents et une maladie de sa maman. Elle était livrée à elle-même sans protection parentale au milieu de la grande famille.

Dans les 12 minutes de séquences publiées sur une page Facebook marginale, la fille de la ville de Fès est montrée en train de pleurer alors qu’elle décrit avoir été détenue par sa grand-mère, son père et son oncle, qui, selon elle, ont également enfermé sa mère dans la même maison. L’épreuve de la jeune fille aurait eu lieu durant plusieurs années, depuis qu’elle avait huit ans, l’histoire prenant de l’ampleur après que son oncle aurait été libéré par un juge marocain.

« Il me maltraitait tout le temps, et un jour, il a fait ce qu’il a fait et il y avait du sang », a déclaré la fille citée par le Daily Mail. Selon ses révélations, c’est justement sa grand-mère qui a facilité l’acte de son oncle qui l’a violée, la menaçant de lui couper la langue si elle parlait. « Elle m’a dit qu’elle allait me couper la langue si je le disais à quelqu’un », dit la fille à propos de sa grand-mère, qui, selon elle, l’aurait frappée plusieurs fois avec un bâton.

Un calvaire triste et humiliant

Pendant les cinq ans, la jeune fille prétend avoir été violée par son oncle, elle dit également qu’un voisin l’a violée quand elle avait 12 ans, quand elle a frappé à sa porte pour se plaindre du niveau de bruit. L’incident n’aurait eu lieu qu’une seule fois et était devant deux autres membres masculins de la famille qui ont regardé mais n’y ont pas participé. Elle a été humiliée par le voisin qui, selon elle, a utilisé un légume pour la violer, qui a ensuite dû être enlevé par chirurgie.

La mère du voisin, dit-elle, est venue au domicile familial de la fille et a soudoyé la belle-mère de la jeune fille pour qu’elle ne dise à personne ce qui s’était passé pour tenter de sauver son fils des poursuites. Le voisin a été condamné à une peine d’un an de prison, dit la jeune fille, mais aucune peine de ce genre n’a été prononcée contre l’oncle.

Elle a déclaré qu’elle ne pensait pas que la peine était suffisante, ajoutant: « Je n’avais pas de mère pour défendre mes droits devant les tribunaux et m’aider dans ma lutte ». Au lieu de cela, l’oncle a été libéré par le juge qui a présidé l’affaire de viol, qui est censée s’être effondrée en raison de preuves douteuses. »La jeune fille est actuellement protégée par un groupe de défenseurs des droits des femmes dans l’ancienne ville de Fès, dans le nord du pays, où elle vit toujours.

Des autorités marocaines indifférentes

Ce qui est clair, c’est que l’histoire de cette jeune victime, qui compte près de 100 000 interactions sur Facebook avec des Marocains en colère, a choqué une nation qui était jusqu’à présent devenue insensible à ces récits déchirants de viol d’enfants ces dernières années. Cependant, les grands médias ont été réticents à rendre compte de l’histoire, par crainte de représailles financières de la part de l’État qui les subventionne, rapporte le Daily Mail.

Il y a peu de signes que les autorités écouteront ses demandes pour que le cas de l’oncle soit rejugé, un certain nombre de Marocains laissant entendre dans des messages sur les médias sociaux que le gouvernement se soucie peu de ces cas. Le Maroc a du mal à équilibrer sa culture islamique traditionnelle avec ses inclinations plus modernes et a été confronté ces dernières années à des histoires horribles d’enfants violés, souvent par des membres de leur famille.

Dans de nombreux cas, les auteurs ont été condamnés à des peines très légères et, dans certains cas, ont même été libérés. En outre, un certain nombre d’affaires impliquant des Européens ont suscité la fureur après des condamnations légères et même des grâces du roi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus