Niger: bientôt 2 semaines sans internet

Au Niger, la période post-électorale est émaillée de violences, d’arrestations massives, mais aussi de coupure d’Internet. Les nigériens n’ont plus accès à internet depuis le 24 février 2021. Une « atteinte grave au droit des citoyens », selon Amnesty International et les organisations de la société civile.

A quand le retour de la connexion internet au pays de Mahamadou Issoufou? Les autorités du pays ont décidé de la coupure de la connexion internet depuis le 24 février, suite à des manifestations publiques, après l’annonce des résultats provisoires par la CENI. L’opération de blocage concerne les 4 opérateurs que compte le Niger.

A lire aussi: Un baron de la drogue nigérian arrêté et condamné à mort au Vietnam

Cette décision liberticide prise par le gouvernement nigérien génère des frustrations au sein de la société civile. « Nous avons été informés d’une coupure d’internet, moins de 24h après l’annonce des résultats provisoires du second tour de la présidentielle. Nous invitons les autorités à faire preuve de responsabilité et de respecter le droit d’informer et d’accès à l’info des citoyens », a déclaré la Ligue des Blogueurs et Cyber-Activistes Africains pour la Démocratie (AfricTivistes).

Une atteinte grave au droit des citoyens

Pour les organisations de la société civile au Niger, la coupure d’internet est une « atteinte grave au droit des citoyens ». Elles demandent le rétablissement immédiat de la connexion internet.

A lire aussi: Niger: Amnesty International appelle à la retenue et dénonce la coupure d’internet par le gouvernement

Organisation de défense des droits de l’homme, Amnesty International s’en est aussi mêlée. « Dans un jugement concernant les coupures d’Internet au Togo, la cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a statué que l’accès à Internet fait partie intégrante du droit à la liberté d’expression et doit être protégé par la loi« , a-t-elle rappelé.

La coupure d’Internet en vigueur actuellement constitue une violation flagrante de ces droits et va à l’encontre des normes internationales et des récentes décisions de la cour de justice de la CEDEAO, a déclaré Amnesty International, ajoutant que « les autorités et les entreprises de télécommunications doivent rétablir sans attendre l’accès aux services Internet, afin que chacun·e puisse exercer son droit à la liberté d’expression et d’information« .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus