Bénin: 5 personnes tuées, des cases et greniers brûlés dans un affrontement à Bembéréké

Un violent affrontement a occasionné des morts à Bembéréké, ce samedi 24 avril 2021. Le drame est survenu à Ganro dans l’arrondissement de Gamia.

Cinq morts, au moins 4 cases et 3 greniers brûlés. C’est le bilan de la bagarre générale qui a éclaté dans une localité de Bembéréké, ce samedi. Selon la radio locale Nonsina, tout a commencé par une attaque à main armée sur l’axe Boussira-Ganro dans la soirée de ce vendredi 23 avril. La victime de l’attaque a été blessée et sa moto emportée.

A lire aussi : Bénin: décès d’un bébé de 12 mois dans un incendie à Zangnanado

Du retour au village, il a informé les siens qu’il venait d’être attaqué par trois individus non identifiés. Après quelques heures d’investigations, des jeunes du village ont interpellé trois personnes soupçonnées d’être membres d’un groupe de malfaiteurs. Elles ont été conduites chez le délégué. Des recherches qui ont suivi par la suite ont permis de retrouver la moto de la victime attaquée.

Un jeune poignardé à mort lors de l’interpellation d’une quatrième personne soupçonnée

Après avoir retrouvé la moto dans la nuit du vendredi, les jeunes ont voulu démantelé le présumé réseau de malfaiteurs. C’est ainsi qu’ils se sont rendus à Gnel Konna pour interpeller une quatrième personne.

Lors de l’interpellation, le présumé malfaiteur a poignardé l’un de jeunes venus le chercher. « Le présumé malfaiteur a poignardé un jeune du groupe du nom de Abou. Celui-ci est décédé sur le champ », rapporte Nonsina Fm. Les autres jeunes se sont alors jetés sur lui. Bastonné à mort, il a aussi perdu la vie.

A lire aussi : Bénin: pour une affaire de femme, il fait charcuter à mort son ami

Informé du décès de l’un de leurs camarades, un groupe de jeunes en furie se sont rendus chez le délégué de Ganro où étaient gardés les trois premiers présumés malfaiteurs. Les trois individus ont été récupérés et battus à mort par le groupe de jeunes.

Le groupe est allé après dans des camps peulhs, d’où seraient originaires les présumés malfaiteurs. « Dans l’un des camps peulhs où nous nous sommes rendus, nous avons vu au moins 4 cases et 3 greniers brûlés », a confié Nonsina.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus