Bénin – Arrestations post-électorales: Me Robert Dossou invite Talon à diluer son vin

Le Bénin est entré dans une tourbillon d’arrestations de leaders politiques depuis la récente élection présidentielle. Cette situation préoccupe l’ancien président de la cour constitutionnelle, Me Robert Dossou, qui invite le président de la République à diluer son vin.

Reçu dans la matinée de ce mardi 20 Avril, l’ancien ministre et ancien président de la cour constitutionnelle, le professeur Robert Dossou, exprime ses préoccupations et inquiétudes sur la série d’arrestations en cours dans le pays, au lendemain de l’élection présidentielle du 11 Avril 2021.

A Lire aussi: Bénin: la grève de 48H projetée par la CSTB reportée après une séance de travail avec Mathys Adidjatou

« Je dois vous dire que je suis préoccupé, parce que c’est la première fois que nous faisons une élection en république du Bénin, précédée d’arrestations et suivie d’un flot d’arrestations« , se désole-t-il.

Selon le constitutionnaliste, depuis la fin des élections, il n’y a pas de jour où l’on apprenne que telle ou telle autre personnalité est arrêtée. « Aujourd’hui, j’apprends qu’on a arrêté celui-ci; le lendemain, j’apprends et souvent des intellectuels qui ont pris l’habitude, en démocratie, de s’exprimer librement sur tous les sujets qui interpellent le citoyen. Et alors, je m’interroge. Est-ce que cette élection donne l’occasion pour faire taire tous ceux qui expriment une opinion qui ne va pas dans le sens de l’opinion souhaitée par le gouvernement ?« , s’est-il demandé.

Face à cette situation inédite que traverse le pays, Me Robert Dossou invite le chef de l’Etat, Patrice Talon, a diluer son vin et à remettre la balle totalement à terre.

« Moi je pense qu’il faut qu’il mette un peu d’eau dans son vin et qu’il prenne langue avec toutes les parties prenantes. Et qu’on ne soit pas en crise permanente. Parce que le Bénin, c’est le Bénin. Parce que nous avons une certaine tradition. Tout le monde souhaite qu’il y ait la paix, qu’il y ait la tranquillité, qu’il y ait le développement« , indique le professionnel du droit, avocat de plusieurs personnalités arrêtées par le pouvoir.

Pour lui, le développement n’est pas simplement au niveau des infrastructures. Les super structures aussi ont besoin d’être construites dans du droit, et le droit doit être conforme aux préceptes fondamentaux des droits de l’homme. « Parce que toute société a pour finalité, l’homme. », conclut-il.   

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus