Covid-19: la Suède face à un déficit de sperme dans ses laboratoires

Les acteurs de la santé en Suède tirent la sonnette d’alarme face à la pénurie des stocks de sperme dans les laboratoires.

Les professionnels de la santé en Suède sonnent l’alarme face à la pénurie de dons de sperme provoquée par la pandémie de coronavirus, mettant fin aux inséminations.

Les donneurs de sperme étant dissuadés de se rendre dans les hôpitaux pendant la pandémie, les médecins des cliniques publiques de fertilité affirment que l’aggravation de la pénurie pourrait entraîner des retards de plusieurs années pour les traitements de grossesse assistés.

Ceux qui envisagent de fonder leur propre famille doivent maintenant attendre environ 30 mois ou plus, contre environ six mois l’année dernière.

Les rapports révèlent que cette rareté n’est pas propre aux centres de santé publics. Les cliniques privées du pays scandinave sont également aux prises avec un déficit en sperme, mais elles achètent maintenant du sperme à l’étranger.

Selon la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie, la Suède fait partie des pays ayant les taux de procréation assistée les plus élevés au monde. Cependant, le pays a également des politiques strictes en matière de dons de sperme.

En vertu de la loi suédoise, un échantillon de sperme ne peut être utilisé que par un maximum de 6 femmes. La plupart des spermatozoïdes donnés en Suède a atteint cette capacité juridique, ce qui signifie que dans de nombreuses régions, la grossesse assistée n’est disponible que pour les femmes qui ont déjà utilisé un échantillon de sperme spécifique.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus