CPI: débouté dans l’affaire Gbagbo, Fatou Bensouda réconforté par Joe Biden

Le président américain Joe Biden, a annoncé vendredi, la levée des sanctions américaines contre les hauts responsables de la Cour pénale internationale (CPI) imposées par l’administration de l’ancien président Donald Trump, rapporte Xinhua.

Les sanctions imposées à Fatou Bensouda et certains de ses collaborateur de la CPI par les Etats-Unis, ont été levées vendredi par l’administration Joe Biden. Selon un communiqué du Secrétaire d’Etat Antony Blinken, le président Joe Biden avait révoqué un décret contre certaines personnes de la CPI, mettant fin à la menace et à l’imposition de sanctions économiques et de restrictions de visa en relation avec la Cour.

A lire aussi: CPI: Fatou Bensouda reconnait avoir perdu contre Gbagbo et Blé Goudé

« En conséquence, les sanctions imposées par l’administration précédente à l’encontre du procureur de la CPI Fatou Bensouda et Phakiso Mochochoko, chef de la Division de la compétence, de la complémentarité et de la coopération du Bureau du procureur, ont été levées », a-t-il déclaré. »Le département d’État a également mis fin à une politique distincte de 2019 sur les restrictions de visa pour certains membres du personnel de la CPI, a-t-il ajouté. « Ces décisions reflètent notre appréciation selon laquelle les mesures adoptées étaient inappropriées et inefficaces ».

Blinken, cependant, a souligné le désaccord entre Washington et le tribunal international basé à La Haye. « Nous continuons à être fermement en désaccord avec les actions de la CPI concernant les situations en Afghanistan et en Palestine. Nous maintenons notre objection de longue date aux efforts de la Cour pour affirmer sa compétence sur le personnel des États non parties tels que les États-Unis et Israël », a-t-il noté.

Des intentions d’enquête

Les États-Unis n’ont pas ratifié le Statut de Rome de la CPI et ont rejeté la compétence de la CPI sur les ressortissants américains. En mars de l’année dernière, la CPI a autorisé une enquête sur d’éventuels crimes de guerre en Afghanistan, y compris ceux qui auraient pu être commis par l’armée américaine et la CIA, ce qui pourrait conduire à la mise en accusation du personnel militaire et du renseignement américain.

Trump en juin dernier a autorisé des sanctions économiques contre des responsables de la CPI engagés dans une enquête sur le personnel américain, qui a suscité des critiques de la communauté internationale et de certains alliés américains. La CPI a été créée lorsque le Statut de Rome est entré en vigueur en 2002. Elle poursuit les crimes de génocide, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le crime d’agression.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus