Sénégal – Ousmane Sonko: « …Rien ni personne ne pourra m’empêcher d’être candidat en 2024 »

Dans une longue déclaration jeudi, le président de Pastef Les Patriotes, Ousmane Sonko, est revenu sur les événements troublants qui ont secoué le Sénégal, il y a de cela, quelques mois. Comme à son habitude, il n’a pas manqué de cribler de critiques les plus acerbes, la gouvernance du pouvoir en place.

L’une des affaires qui ont tenu en haleine le peuple sénégalais cette année, c’est le dossier qui oppose le parlementaire Ousmane Sonko à Adji Sarr, la professionnelle d’un salon de beauté dakarois. Ce dossier qui n’a pas encore livré tous ses secrets, a été de nouveau évoqué jeudi, par l’opposant Ousmane Sonko, accusé de viol et de menace de mort.

A lire aussi: Le Sénégalais Alioune Tine dénonce « un naufrage des institutions judiciaires » au Bénin

« Le dossier pour lequel j’ai été mis sous contrôle judiciaire est un dossier vide et tout juge sérieux et indépendant classerait ce dossier sans suite. Nous ne refusons pas d’aller en procès, mais nous exigeons que nos droits soient respectés », a déclaré Ousamen Sonko. « Nous n’accepterons pas que ce dossier vide soit une épée de Damoclès sur notre tête par le simple désir de Macky Sall. Et pour cela, nous exigeons que ce dossier soit rapidement élucidé dans une justice libre et indépendante », ajoute l’opposant sénégalais.

« Si la procédure respecte le droit, nous n’aurons aucun problème. S’ils continuent dans leur mascarade, ils nous trouveront devant eux car je ne serai jamais l’agneau du sacrifice. PASTEF ne l’acceptera pas, le M2D ne l’acceptera pas, les sénégalais ne l’accepteront pas », a-t-il promis.

Macky Sall ne connaît pas l’adversité, il connaît l’inimitié !

Ousmane Sonko ne compte pas renoncer à sa volonté d’accéder à la magistrature suprême du Sénégal, et ce, quoi que cela puisse lui coûter. « Je tiens à dire à Macky Sall que, s’il plait à Dieu, si ma formation politique et nos alliés m’investissent, » rien ni personne ne pourra m’empêcher d’être candidat en 2024″. Ce qui est sûr, c’est que lui ne sera pas candidat parce que c’est fini« , a-t-il martelé.

A lire aussi: Obsèques d’Idriss Déby: Patrice Talon non invité

« Et je n’accepterai pas également que l’on essaie de me mettre les bâtons dans les roues lorsque j’aurais décidé d’aller voir les Sénégalais. Je ne peux pas être sénégalais, aspirer à diriger ce pays, être investi d’un mandat de député et avoir des sens interdits sur les questions qui relèvent de notre politique publique », a-t-il poursuivi.

Appel au vote massif

Le député sénégalais a également lancé un appel au vote massif pour le compte des prochaines élections. « Si vous ne vous rendez pas massivement dans les bureaux de vote pour aller voter pour votre projet, alors tous les combats que nous menons ensemble, tous les sacrifices que vous aurez consentis, toutes ces morts, tous ces blessés, tout ceci n’aura servi à rien ».

« Nous disons qu’il n’est absolument pas question qu’on sorte de 2021. Il faut tenir les élections locales en 2021 et les législatives en 2022 parce que le mandat des députés se termine en juillet 2022 », a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus