Super League: « Pour le moment, nous n’avons pas invité le PSG », Florentino Pérez

Invité sur l’émission El Chiringuito à la télévision espagnole lundi soir, Florentino Pérez a expliqué de long en large le projet de création de la nouvelle compétition européenne, la Super League. Le président du Real Madrid a évoqué la rumeur d’une invitation envoyée au PSG, pour le moment opposé au projet.

Visiblement, Florentino Pérez est décidé à mener à bon port son projet de création de la Super League. Le président du Real Madrid, président de cette nouvelle compétition européenne, était lundi soir sur les plateaux de l’émission El Chiringuito à la télévision espagnole. L’occasion pour lui d’expliquer de long en large ce tournoi, déjà rejeté par la plupart des clubs européens.

Pour lui, cette ligue fermée à 12 clubs est la solution pour endiguer la crise financière qui secoue les équipes européennes depuis le début de la crise sanitaire du covid-19. « Soit nous sauvons le football, soit en 2024 nous sommes tous morts“, a lancé Florentino Pérez »

« Nous avons tous perdu 5 milliards. La situation est vraiment dramatique. Ce n’est pas une ligue pour les riches mais une ligue pour sauver le football. Et ceux qui ne seront pas dans la Super League ? Il y a beaucoup de clubs qui doivent jouer, alors qu’ils fassent une seconde ligue« , a ajouté le dirigeant madrilène.

« Le football est au bord de la faillite »

Le boss du Real Madrid a aussi évoqué les rumeurs d’une invitation envoyée au PSG pour qu’il intègre la nouvelle compétition: « Pour l’instant, nous n’avons pas invité le PSG. On commence avec les douze clubs fondateurs. On pense que le PSG pourrait nous rejoindre mais je ne peux pas m’avancer parce qu’on n’en a pas encore parlé, ni avec les deux clubs allemands. Nous avons douze clubs fondateurs et nous pouvons en avoir quinze« .

Florentino Pérez a aussi parlé des menaces de l’UEFA et de la FIFA qui ont appelé les frondeurs à revenir sur leur initiative au risque d’être sanctionnés par les instances. « Cela n’arrivera pas, la loi nous protège. Nous n’allons pas entrer dans les questions juridiques. C’est impossible (…) Ce sont des menaces de la part de quelqu’un qui confond monopole et propriété« , estime le Madrilène, qui appelle plutôt l’UEFA au dialogue.

« Il ne faut pas menacer, il faut dialoguer. Nous avons proposé un format qui, selon nous, sauve le football (…) Il faut d’abord être plus transparent, l’UEFA ne s’est pas distinguée par sa transparence. Les monopoles sont terminés. Le football est au bord de la faillite. Pas que les gros, tout le monde. S’il n’y a pas d’argent chez les grands, ils n’achètent pas de joueurs aux autres. C’est une pyramide« , a-t-il indiqué.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus