Tchad – « Coup d’Etat »: la société civile appelle à battre le macadam à partir de mercredi

Le mouvement citoyen Le Temps (MCT), une organisation des jeunes de la société civile tchadienne, ne pense pas croiser les bras face au « coup d’Etat perpétré par un groupe de militaires » au Tchad. Dans un communiqué, il appelle à une marche pacifique sur toute l’étendue du territoire à partir du mercredi 28 avril 2021.

Depuis la prise de pouvoir du CMT, les partis d’opposition et la société civile au Tchad crient au « coup d’état institutionnel » et réclament l’instauration d’une transition dirigée par des civils à travers un « dialogue inclusif« . Le mouvement citoyen Le Temps (MCT), une organisation des jeunes de la société civile tchadienne, a lancé dans un communiqué, un appel à une marche pacifique sur toute l’étendue du territoire à partir du mercredi 28 avril 2021.

L’objectif de ce mouvement d’amener les Tchadiens dans leur ensemble « à sortir massivement et pacifiquement dans la rue à partir de ce mercredi 28 avril dans tous les arrondissements de N’Djamena et des provinces du pays pour dire non au coup d’Etat et à la confiscation du pouvoir par l’armée ». « La jeunesse tchadienne suit avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation dans le pays suite à la mort du président Deby Itno suivi du coup d’État perpétré par les militaires », a affirmé dans le communiqué, Kemba Didah Alain, coordonnateur du MCT.

Selon Didah, « la junte militaire au pouvoir a montré une volonté de se maintenir longtemps » à la tête du Tchad « contre l’ordre constitutionnel et malgré les appels des forces vives de la nation ». Le MCT a également dénoncé l’ingérence de la France dans les affaires tchado-tchadiennes. « La jeunesse tchadienne tient à rappeler à la France que le Tchad est un Etat souverain depuis 1960 et il est inadmissible que les autorités françaises continuent à s’ingérer directement dans les affaires tchado-tchadiennes contre la volonté populaire. La relation entre la France et le Tchad doit se baser sur le respect mutuel et doit fondamentalement profiter aux deux peuples frères », a dénoncé le MCT.

La Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST), regroupant les principales associations syndicales des enseignants, s’est également levée, samedi, contre « un recul très grave de la démocratie« . Elle exige « un retour à l’ordre constitutionnel » avec « la tenue d’un forum national inclusif regroupant toutes les couches sociopolitiques de la nation« . L’ordre des avocats du Tchad « désapprouve« , pour sa part, cette transition « mise en place au mépris total des textes et règlements en vigueur« . La Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH) exprimait, quant à elle, vendredi, ses « plus vives inquiétudes face à ce qui lui semble davantage s’apparenter à l’organisation d’une succession pour la poursuite de l’accaparement du pouvoir« .

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus